Aucun commentaire

Quelques faits sur la foresterie et le climat dans le cadre de la COP26

QUELQUES FAITS SUR LA FORESTERIE ET LE CLIMAT DANS LE CADRE DE LA COP26

Tandis que s’ouvre la Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques 2021 (COP26) à Glasgow, au Royaume-Uni, Résolu invite les consommateurs de produits forestiers à réfléchir au rôle important de ces derniers dans la réalisation des objectifs liés aux changements climatiques. Voici donc quelques faits portant sur la foresterie et le climat au Canada.  

  1. Les produits forestiers contribuent à l’atteinte de l’objectif canadien de zéro émission nette de carbone d’ici à 2050. Notre industrie tient une grande place dans l’atténuation des changements climatiques et l’augmentation de la résilience des forêts. Grâce à l’exploitation responsable et à l’aménagement durable des forêts, de même qu’à la fabrication de produits du bois à longue durée de vie et innovants, l’industrie canadienne des produits forestiers est en mesure de réduire annuellement les émissions de CO2 de 50 millions de tonnes métriques d’ici à 2050. 
  1. L’industrie des produits forestiers adhère aux principes de l’économie circulaire. La majeure partie du bois récolté devient du bois d’œuvre pour la construction et la rénovation domiciliaire; les copeaux de bois et autres résidus entrent dans la fabrication de pâte et de papier; et l’écorce et les sciures servent à générer de l’énergie renouvelable. Notre industrie est efficiente, utilise presque toutes les parties de l’arbre et explore sans cesse des applications novatrices des sous-produits de fabrication du bois.
  1. Les forêts du Canada sont parmi les mieux aménagées de la planète. On doit cet état de fait aux politiques d’aménagement forestier de haut calibre, reconnues mondialement. Le Canada est connu pour présenter un faible risque de corruption et de récolte illégale, comme en témoignent plusieurs évaluations crédibles.
  1. Le taux de déforestation annuel du Canada n’est que de 0,01 % – et ce taux devrait continuer à baisser. Par « déforestation », on entend l’élimination permanente du couvert forestier pour faire place à d’autres utilisations du territoire. Les secteurs récoltés ou détruits par le feu ne peuvent pas être considérés comme étant « déboisés » parce qu’ils se régénèrent pour former de nouvelles forêts.
  1. Au Canada, tous les terrains forestiers récoltés sont régénérés rapidement. Pendant leur croissance, les jeunes arbres absorbent le carbone de l’atmosphère par photosynthèse. Comme les forêts jeunes résistent mieux que les vieilles aux incendies et aux infestations d’insectes, les incidences des perturbations naturelles et récurrentes y sont moindres.
  1. Le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat des Nations Unies (GIEC) reconnaît que l’aménagement forestier responsable est déterminant dans la lutte contre les changements climatiques. L‘aménagement durable des forêts peut réduire l’ampleur de la conversion des forêts à des usages non forestiers, maintenir ou accroître les stocks de carbone forestiers, maintenir les puits de carbone forestiers et limiter les incidences des perturbations naturelles comme les incendies. 
  1. Le GIEC reconnaît aussi que les produits forestiers peuvent stocker du carbone à long terme. Le carbone du bois récolté est transféré aux produits du bois, qui l’emmagasinent à long terme et peuvent remplacer des matériaux à fortes émissions, ce qui réduit les émissions d’autres secteurs. 
  1. La comptabilisation du carbone forestier au Canada est faite par des scientifiques spécialisés et respectés, dont les méthodes sont entérinées par le GIEC. L’approche a évolué depuis 30 ans, et on recense à l’heure actuelle 25 pays ayant fait usage du Modèle du bilan du carbone du secteur forestier canadien (MBC) développé par le Service canadien des forêts.
  1. L’industrie canadienne des produits forestiers, et Résolu, ont réduit de façon marquée leurs émissions de gaz à effet de serre (GES) ces dernières années. En mars 2021, Résolu s’est engagée à réduire ses émissions de GES absolues (niveaux 1 et 2) de 30 % d’ici à 2025 par rapport aux niveaux de 2015. Cette nouvelle cible fait fond sur la réduction de 85 % des émissions de GES absolues de la Société par rapport aux niveaux de 2000, les deux tiers de ce pourcentage ayant trait à l’intensité des émissions.  

Résolu est fière de ses mesures ambitieuses en matière de lutte contre les changements climatiques, tout en ayant conscience qu’il s’agit d’un travail continu. Nous sommes reconnaissants à l’industrie des produits forestiers d’assurer un rôle de premier plan dans la transition à un avenir sobre en carbone. 

Pour en savoir plus sur le cycle du carbone forestier, jetez un coup d’œil à notre document infographique

Billets de blogue récents
Développement durable

Billets de blogue similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fill out this field
Fill out this field
Veuillez saisir une adresse e-mail valide.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Menu