Pas de commentaire

Célébrons la Semaine nationale de l’arbre et des forêts

Voici venue la Semaine nationale de l’arbre et des forêts , une occasion pour les Canadiens de se renseigner sur leurs forêts et de prendre conscience de cette précieuse ressource renouvelable. Nos forêts sont en effet essentielles sur le plan économique, culturel et historique, et jouent un rôle fondamental pour notre avenir. Le mode de vie de collectivités, familles et citoyens dépend des forêts, puisqu’elles constituent leurs moyens d’existence. 

Le rapport annuel L’État des forêts au Canada, document exhaustif que publie chaque année le gouvernement fédéral, répond aux questions de foresterie les plus courantes. Le rapport de cette année regorge de faits confirmant le leadership du Canada en matière de développement durable des forêts. Voyons quelques-unes de ces questions.  

Q : Quelles parties des arbres récoltés peuvent servir?

R : Toutes! 

Selon le rapport 2019, « Les entreprises canadiennes du secteur forestier s’efforcent de trouver une utilité pour toutes les parties des arbres. Elles contribuent ainsi à la croissance de la bioéconomie du Canada. » 

L’industrie des produits forestiers est hautement efficiente, parce qu’elle recherche sans cesse des moyens de réduire au minimum les déchets et qu’elle explore des d’applications innovantes pour les sous-produits de la fabrication du bois d’œuvre. Les arbres récoltés servent d’abord à fabriquer des produits tels que du bois d’œuvre pour la construction et la rénovation domiciliaires, et les restes sont transformés. Les copeaux de bois et autres résidus entreront dans la fabrication de pâte et de papier, tandis que l’écorce et la sciure généreront de l’énergie renouvelable. 

Q : Quelle est la place des produits forestiers dans un avenir sobre en carbone? 

R : L’industrie des produits forestiers est chef de file de six secteurs clés :  

  • Atténuation des risques et des incidences de feux de forêt et de maladies par la récolte dans les forêts matures plus vulnérables. 
  • Capture du carbone par les forêts qui se régénèrent rapidement. 
  • Stockage du carbone à long terme dans les produits du bois. 
  • Réduction de l’usage de matériaux de construction à forte empreinte carbone, tels que le béton et l’acier. 
  • Remplacement des combustibles fossiles.
  • Réduction importante des émissions de gaz à effet de serre des établissements de Résolu. 

Le rapport annuel L’État des forêts au Canada confirme de nouveau le rôle essentiel des produits forestiers dans la lutte contre les changements climatiques.

Pour commencer, un système d’aménagement forestier durable est essentiel pour contrer les changements climatiques, comme le préconisent certains scientifiques et le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat des Nations Unies. À mesure que les arbres vieillissent, ils deviennent de plus en plus vulnérables aux feux de forêt et aux infestations d’insectes, qui produisent des émissions de carbone extrêmement élevées. Cependant, quand nous récoltons les arbres matures, nous atténuons grandement les risques de feux et d’infestations, et nous réduisons les incidences de ces perturbations en récupérant les arbres pouvant être utilisés, le cas échéant. Le carbone qui aurait été libéré dans l’atmosphère à la fin de la vie des arbres est plutôt séquestré dans les produits forestiers à longue durée de vie, comme le bois d’œuvre et les livres. Puis, tandis que la forêt est régénérée (comme le prévoit la loi), les arbres, dont la croissance est rapide, séquestrent encore plus de carbone.  

Les produits forestiers contribuent à un avenir sobre en carbone d’une autre façon fondamentale, puisqu’ils réduisent l’usage des combustibles fossiles et des matériaux non renouvelables comme le béton et l’acier. L’industrie des produits forestiers a recours à la science de pointe pour développer et commercialiser des matériaux innovants, dérivés du bois, comme en témoignent ces initiatives de Résolu : 

  • À l’usine de papier de Kénogami (Québec), Résolu est à construire une installation commerciale de production de filaments de cellulose, un biomatériau renouvelable. Comme les filaments de cellulose accroissent la robustesse et la durabilité des produits et en réduisent l’empreinte carbone, ils sont susceptibles d’être utilisés dans les secteurs des transports, de la construction et de l’énergie, pour ne citer que ceux-là.
  • L’usine de granules de bois à Thunder Bay (Ontario) transforme la sciure, sous-produit de la scierie adjacente, en granules, une source fiable d’énergie renouvelable. 
  • Également à Thunder Bay, Résolu s’est associée à FPInnovations pour la construction d’une bioraffinerie attenante à son usine de pâte et papier. L’installation produira de la lignine et des sucres cellulosiques destinés à développer des bioproduits innovants comme des adhésifs, de la moulée pour animaux et des composites . 

Ces dernières années, l’industrie canadienne des produits forestiers a pratiqué la récolte durable et a remplacé des matériaux à forte empreinte carbone, mais elle a aussi réduit de façon spectaculaire ses émissions de gaz à effet de serre, principalement en produisant sa propre bioénergie et en améliorant son efficience énergétique. Depuis 2000, Résolu a réduit ses émissions de gaz à effet de serre directes et indirectes de 82 %, ce qui en fait le chef de file de l’industrie à l’échelle mondiale. De plus, l’énergie que requièrent ses établissements provient à 74 % de sources renouvelables. 

« Grâce à l’utilisation de produits du bois novateurs et durables ainsi qu’aux activités d’aménagement forestier, le secteur forestier canadien pourrait réduire les émissions de COde 50 millions de tonnes métriques par année d’ici 2050, » indique le rapport 2019 L’État des forêts au Canada.

Q : Quelle superficie des forêts du Canada est récoltée annuellement? 

R : Moins de 0,5 %.  

On récolte moins de 0,5 % des forêts canadiennes chaque année, tandis que les feux et les insectes en perturbent une superficie 26 fois plus grande. Les niveaux de récolte sont surveillés de près et contrôlés pour assurer la pérennité des forêts. Nous avons de quoi être fiers de nos vastes forêts en pleine santé! 

Q : Quel est le taux de déboisement au Canada? 

R : Presque nul.  

Le taux de déboisement au Canada est seulement de 0,01 % annuellement, et l’on s’attend qu’il continue de baisser. Les trois principales causes de déboisement au Canada sont l’extraction des ressources du secteur minier, pétrolier et gazier (37 %), l’agriculture (35 %) et l’expansion urbaine (18 %). La foresterie ne compte que pour 4 %. 

Le terme « déforestation » s’emploie lorsqu’une forêt est déboisée de façon permanente pour faire place à un lieu non boisé. Ainsi, on ne parle pas de déforestation dans le cas d’un terrain récolté ou ayant fait l’objet de feux, puisqu’en nouvelle forêt s’y régénère. 

Q : Les lois forestières du Canada sont-elles strictes? 

R : Très strictes – et elles sont appliquées. 

Plus de 90 % des forêts du Canada occupent des terres publiques, où ont lieu la plupart des activités de récolte commerciale. La récolte est assujettie à une réglementation stricte pour que les forêts restent saines et fournissent un approvisionnement en bois durable – et qu’elles continuent à offrir leurs innombrables avantages aux collectivités. 

La forêt boréale canadienne compte en effet parmi les forêts les mieux aménagées à l’échelle mondiale, mais ce n’est pas nous qui le disons! L’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture confirme que la forêt boréale est en pleine santé, et un rapport NEPCon conclut que les politiques d’aménagement forestier du Canada sont parmi les plus rigoureuses du monde.

La récolte est faite conformément à des plans d’aménagement forestier détaillés, qui ont été mis au point avec la collaboration des Premières Nations, des organismes gouvernementaux, du public et d’autres parties prenantes. 

La loi prévoit que les terrains récoltés doivent être régénérés rapidement. Comme l’explique le rapport annuel 2019 L’État des forêts au Canada, « Cette loi est la raison pour laquelle un pourcentage disproportionnellement élevé des forêts aménagées de manière durable et certifiées dans le monde se trouvent au Canada. En effet, bien que le Canada n’abrite que 9 % de la forêt mondiale, il comprend 36 % des forêts aménagées de manière durable et certifiées à cet effet dans le monde. » Chaque hectare des territoires forestiers que Résolu aménage est certifié selon au moins une norme d’aménagement forestier mondialement reconnue, soit celle de la Sustainable Forestry Initiative® (SFI®) et du Forest Stewardship Council® (FSC®).  


Q : Comment la foresterie avantage-t-elle les collectivités? 

R : La foresterie assure la subsistance de plus de 300 000 Canadiens et leurs familles. 

En 2018, l’industrie des produits forestiers employait 210 615 Canadiens, dont quelque 11 600 Autochtones. On comptait 91 874 autres travailleurs dans des domaines connexes à la foresterie. L’industrie offre des emplois bien rémunérés aux forestiers, scientifiques, ingénieurs, informaticiens, techniciens, gens de métiers spécialisés et autres. À la grandeur du Canada, la subsistance d’environ 300 collectivités, soit 2 % de la population du pays, dépend de la foresterie. Résolu a conclu des partenariats avec une quarantaine de communautés des Premières Nations du Québec et de l’Ontario, avec lesquelles elle crée des occasions mutuellement avantageuses et une prospérité commune.


Billets de blogue récents

Billets de blogue similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fill out this field
Fill out this field
Veuillez saisir une adresse de messagerie valide.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Menu