Pas de commentaire

Exposer la désinformation du NRDC

Depuis quelques années, le Natural Resources Defense Council (NRDC) répand des affirmations réfutées faites par ses collègues de Greenpeace. La déclaration du NRDC, publiée le 2 novembre, critique de manière explicite notre litige avec Greenpeace.

C’est précisément notre engagement envers la foresterie responsable — et notre intégrité en tant qu’entreprise — qui nous obligent à nous défendre contre ces accusations irresponsables et ces exigences contraires à l’éthique.

Et c’est ce que nous faisons depuis plus de trois ans pour faire face à une série d’attaques et de menaces soigneusement planifiées de la part d’activistes de Greenpeace et d’autres organismes aux idées similaires — des attaques fondées sur des motivations financières cachées, des ententes secrètes et un manque presque total de transparence et d’imputabilité.

Nous avons une longue histoire dans la forêt boréale canadienne et nous savons que c’est une des forêts les mieux aménagées au monde — un fait reconnu par des des chercheurs d’établissements prestigieux comme l’Université Yale et des experts forestiers indépendants comme ceux d’Indufor Oy en Europe.

Depuis des années, Greenpeace mène une campagne de désinformation ciblant Résolu et ses clients. Comme Greenpeace poursuit ses attaques sans relâche, Résolu n’a pas d’autre choix que de tenir Greenpeace responsable de cette désinformation. Greenpeace International a amassé 296 millions d’euros (environ 337 millions de dollars au taux de change actuel du dollar américain) en 2014. L’organisme exploite des bureaux nationaux ou régionaux dans 41 pays. Greenpeace dispose de toutes les ressources nécessaires pour organiser sa défense et expliquer son comportement.

La plainte que Résolu a portée devant les tribunaux décrit en détail la fausseté de ces accusations et d’autres tout aussi malicieuses et diffamatoires. Entre autres, la plainte explique que Résolu est loin d’être une destructrice de la forêt, précisant que la Société a planté plus d’un milliard d’arbres dans la  forêt boréale – c’est un milliard de plus que Greenpeace – et qu’elle n’est responsable de pratiquement aucune perte permanente de superficie forestière. La plainte démontre aussi que Résolu n’a pas réduit la capacité de la forêt boréale d’absorber des gaz à effet de serre et qu’elle l’a plutôt améliorée par ses travaux de récolte et de reboisement, comme l’a reconnu le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat des Nations-Unies. Résolu n’a pas non plus abandonné, exploité ni appauvri les Premières Nations ou les autres communautés qui vivent dans la forêt boréale. Elle a plutôt – encore une fois contrairement à Greenpeace – créé et maintenu des avantages durables considérables pour ces collectivités en favorisant leur participation économique aux entreprises du secteur forestier. La plainte décrit également comment, pour appuyer ses allégations, Greenpeace a produit de fausses preuves et cité des événements inventés de toutes pièces, par exemple les photos truquées qui laissaient faussement croire que Résolu faisait des travaux de récolte dans des secteurs interdits ou qui montraient des forêts détruites par le feu.

Au cours de la dernière année, les médias ont commencé à comprendre que la campagne était basée sur des faussetés et de l’information trompeuse. Voici quelques exemples :

Wall Street Journal Editorial Board (18/3/16) :

 

Aucune entreprise ne pourrait s’en tirer avec les tactiques employées par Greenpeace et rester en affaires, mais l’organisation a réussi à imposer ses propres règles pendant des années. Jusqu’à maintenant.*

 

Amy Payne in National Review (20/4/16) :

 

En se défendant contre les attaques de Greenpeace, Produits forestiers Résolu rend service au monde entier. Des détails croustillants sur les agissements du groupe seraient un plus. Il est inspirant de voir une entreprise se battre contre les intimidateurs écologistes — pour protéger la vérité, ses employés et ses clients. Les victimes des attaques de Greenpeace devraient se défendre vigoureusement et faire éclater la vérité.*

 

The Globe and Mail (31/12/15) :

 

On ne peut pas blâmer Résolu de douter de la volonté de Greenpeace de trouver des solutions ou, à tout le moins, des solutions que l’organisme est prêt à soutenir sur de longues périodes. Après tout, ça pourrait nuire à sa collecte de fonds.*

 

Récemment, un des principaux magazines d’affaires publiques au Canada, l’émission Enquête de Radio-Canada, a passé des mois à faire enquête sur diverses questions entourant la gestion de la forêt boréale. Après avoir analysé les faits, le reportage d’une heure qui a été diffusé le 24 mars a fait ressortir une tendance à la désinformation et aux communications trompeuses de la part de Greenpeace.

Résolu a un excellent bilan dans le domaine du développement durable, qu’on pense à l’aménagement forestier responsable, à ses très importantes réductions d’émissions de GES, à sa performance de santé et de sécurité de classe mondiale, à ses partenariats commerciaux progressistes et novateurs avec des communautés de Premières Nations et même à la transparence de ses rapports sur le développement durable. Le leadership dont nous faisons preuve dans ce domaine a été reconnu par des organisations respectées comme Clean 50 et Ethical Corporation. De plus en plus, nous recevons de la reconnaissance pour nos réalisations dans le domaine du développement durable, que ce soit du monde des affaires ou de nos collègues de l’industrie des produits forestiers ou d’autres secteurs, en Amérique du Nord et ailleurs. Le développement durable est au cœur de la culture de notre entreprise et il représente la façon dont nous menons nos activités tous les jours.

Comme l’a réaffirmé récemment Richard Garneau, président et chef de la direction de Résolu : « Notre entreprise vise les plus hautes normes qui soient en matière de gestion environnementale. C’est pourquoi nous considérons que les attaques dirigées contre nous sont à la fois d’un cynisme éhonté et d’une irresponsabilité inouïe. Nous avons l’obligation, par respect pour nos principes d’affaires et pour nos nombreux actionnaires, clients, partenaires et parties prenantes, de tracer les limites après avoir pris tous les autres moyens. »

Cliquez ici pour en savoir plus sur les raisons pour lesquelles Résolu tient à se défendre contre ces attaques irresponsables.

 

* traduction libre

Billets de blogue récents
Prix et reconnaissance

Billets de blogue similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fill out this field
Fill out this field
Veuillez saisir une adresse de messagerie valide.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Menu