Pas de commentaire

Quand le Canada coupera-t-il son dernier arbre? JAMAIS!

État des forêts au Canada

Voilà l’un des nombreux énoncés accrocheurs que contient le rapport État des forêts au Canada, récemment publié par le gouvernement fédéral.

Cette édition du 25e anniversaire regorge de faits et de chiffres intéressants, et pose des questions portant à réfléchir, telles que les suivantes :

  • En quoi les forêts sont bénéfiques aux Canadiens?
  • Connaissez-vous un bûcheron?
  • Ma voiture volante sera-t-elle en bois?
  • Les emplois poussent-ils dans les arbres?

On y aborde aussi des idées fausses sur le déboisement et la récolte, et on explique la différence entre les deux.

Selon le rapport, il y a cinq choses que tout le monde doit savoir à propos du déboisement au Canada :

  1. Le déboisement est une perte permanente de forêt. Le déboisement est le défrichement des forêts en vue de faire place à des utilisations des terres non forestières comme le développement urbain ou l’agriculture. Le déboisement réduit la biodiversité et l’habitat faunique, nuit à la qualité de l’eau et du sol, en plus d’influencer le changement climatique.
  2. Le déboisement au Canada est faible. Il représente annuellement moins de 0,02 % des terres forestières du Canada.
  3. Le Canada surveille de près le déboisement au moyen de données d’imagerie satellite, de photos aériennes et d’autres sources d’information.
  4. Les taux de déboisement diminuent au Canada. Depuis 1990, environ 0,33 % de la superficie totale des forêts canadiennes ont été convertis à d’autres usages.
  5. La foresterie ne fait pas partie des causes principales du déboisement. Les causes de la perte de moins de 0,02 % des forêts canadiennes par le déboisement chaque année sont l’agriculture (41 %), l’extraction des ressources (37 %), l’expansion urbaine et les activités récréatives (12 %), l’exploitation forestière (8 %) et le développement hydroélectrique (1 %).

 

Le rapport indique clairement que la récolte ne cause pas de déboisement, puisqu’on exige la régénération après la coupe. En outre, 0,74 million d’hectares de forêt ont été récoltés en 2013, considérablement moins que les 20,1 millions d’hectares ravagés par les insectes en 2013 et les 4,6 millions d’hectares dévastés par des feux de forêt en 2014.

La récolte est-elle faite de façon durable? Oui, grâce à la réglementation et aux pratiques strictes du Canada en matière de récolte et de régénération :

  • La réglementation touchant la récolte sur les terres publiques provinciales est très rigoureuse et fixe une possibilité annuelle de coupe pour assurer la durabilité à long terme.
  • La régénération après la coupe est exigée sur les terres publiques provinciales.
  • Au Canada, on a recours à la régénération naturelle et artificielle pour contrôler la densité et les taux de croissance correspondant aux normes de régénération.

 

Mais… quand le Canada coupera-t-il son dernier arbre?

La réponse est : JAMAIS ! Les forêts du Canada font l’objet d’une gestion attentive, non seulement pour assurer la pérennité de cette ressource renouvelable, mais aussi pour garantir des avantages environnementaux, sociaux et économiques aux générations à venir. Le Canada possède plus de forêt dont l’aménagement durable est certifié de façon indépendante que tout autre pays, soit 161 millions d’hectares.

Lisez l’État des forêts au Canada pour en apprendre davantage.

État des forêts au Canada

Billets de blogue récents

Billets de blogue similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fill out this field
Fill out this field
Veuillez saisir une adresse de messagerie valide.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Menu