Aucun commentaire

Le déclin des populations de caribou est-il réellement lié aux pratiques forestières?

Woodland Caribou

Depuis des années, certains militants écologistes jettent le blâme sur Résolu et sur l’industrie des produits forestiers en les accusant d’être les principaux responsables des variations des populations de caribous forestiers dans la forêt boréale canadienne. Toutefois, dans un article publié récemment, Bob Hoffman, président local du syndicat Unifor à Thunder Bay, démontre de façon éloquente à quel point ces critiques sont erronées.

Forestier d’expérience et travailleur ayant passé toute sa carrière en région boréale, l’auteur affirme que le déclin des populations de caribous ne semble pas lié aux activités forestières dans la forêt boréale.

Comme bien des entreprises peuvent en témoigner, le secteur forestier réduit ses effectifs ainsi que ses activités de récolte depuis des décennies, les secteurs de récolte annuelle des dernières années correspondant à l’activité industrielle de la fin des années 70. En même temps, l’industrie des produits forestiers a beaucoup contribué au développement durable par l’obtention de certifications d’aménagement forestier durable, l’expansion des aires protégées et l’utilisation de techniques de pointe en matière de récolte et de reboisement. Toutes ces mesures devraient améliorer la situation du caribou forestier, mais il semble que ce ne soit pas le cas.

Il est probable que d’autres facteurs comme les changements climatiques ont un impact plus important. Les changements climatiques ont de nombreuses répercussions sur les régions du Nord, avec des hivers plus humides et plus froids qui affectent le lichen dont se nourrissent les caribous et les étés plus chauds et secs qui augmentent les risques d’incendies de forêt et d’infestations par les insectes et les parasites.

Ces préoccupations liées aux changements climatiques sont l’une des principales raisons pour lesquelles Résolu a adhéré au programme Climate Savers du Fonds mondial pour la nature® (WWF®) et pris des mesures qui ont mené à une réduction de 67,5 % de ses émissions totales de gaz à effet de serre (GES) par rapport aux niveaux de 2000, en plus d’atteindre d’autres objectifs ambitieux.

Bob Hoffman croit que les changements climatiques causés par les émissions de GES constituent la principale menace pour les espèces qui vivent dans la forêt boréale et il estime que les militants écologistes devraient rajuster leur tir.

Vous trouverez l’article complet en dessous, en version originale anglaise.

Don't Blame Resolute

 

Billets de blogue récents

Billets de blogue similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fill out this field
Fill out this field
Veuillez saisir une adresse de messagerie valide.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Menu